top of page

Carnet de Voyage

Un soir d’automne Vincent me présente une feuille A4. Une photo et quelques phrases de Claude annoncent son 9ème et certainement dernier voyage à Fatima. Je relève la tête, regarde mon vieil ami et sans le moindre doute, lui prononce ces mots : « Je pars, je vais témoigner de ça ».

Je n’avais jusqu’alors jamais entendu parler de Fatima.

Quelques rares croisées de chemin m’avaient seulement permis de découvrir Claude, ce chercheur de rencontres.

20220421-22-_DSC9542.jpg
présentation et trajet _sur la route de Fatima_.jpg

Correspondance avec notre groupe de soutien, durant le voyage.

13 avril 2022

Le salaire de la peur puis le bonheur 

 

Bonjour à tous,

 

4 jours de route et déjà loin..

 

Claude et son ami Philippe, compagnon du départ, ont dû affronter samedi des éléments contraires. Si le vent fort est un élément accepté par le marcheur, le réseau routier actuel, lui, ne tolère plus les piétons. Routes élargies, vitesse des véhicules, absence de voies piétonnes sécurisées, augmentation du trafic, bretelles d’accès aux autoroutes et autres voies rapides, représentent un danger permanent pour le marcheur. Claude ne reconnaît plus les routes qu’il a si souvent empruntées par le passé. Il est impensable qu’il prenne le risque de s’y aventurer pendant 60 jours.

 

La solution suggérée par ses proches: suivre les GR.

 

Nous voilà donc partis, Claude et moi, dimanche en Kangoo rejoindre Carcassonne. Un bond en avant de 10 jours qui sera vite reperdu sur les sentiers d’ici la frontière espagnole.

 

 

Nouveau départ lundi sur le chemin du Piémont pyrénéen, le GR 78, une des voies du chemin de Saint Jacques de Compostelle. Heu-reux, voilà les premiers mots que m’a prononcés Claude après avoir repris sa marche dans la nature.

Pourvu de notre créanciale, le sésame des pèlerins, nous avons atteint ce soir Fanjeaux et dormons au monastère Sainte Marie de Prouilhes.

 

Nous voyagerons pendant deux lunes pour atteindre Fatima.

 

Les journées sont belles, denses et riches en expériences. Intenses aussi techniquement pour gérer le tournage pendant et après l’étape. L’importation et la sauvegarde des fichiers sons et images demandent une grande discipline chaque soir. Sans ça, c’est le chaos assuré lorsque viendra la post-production.

 

Votre soutien est le bien le plus précieux sur ce voyage, je le ressens à chaque instant. Je ne pourrais vous exprimer pleinement ma gratitude qu’à travers la où les formes que prendra le témoignage de cette aventure. En attendant, voici quelques photos de ces premiers jours.

 

Merci

Infiniment

20220410 claude&nico kangoo-Capture d’écran 2022-06-16 à 19.23.49.jpg
20220411-_DSC9282.jpg
20220412-_DSC9333.jpg
comp-4066.jpg

18 avril 2022

l’Ariège, le pays aux milles collines

Bonjour à tous,

Une semaine de marche et déjà autant d'histoires à conter que de collines ariégeoises. 

La halte mardi dernier au monastère des sœurs dominicaines a permis à notre ami et médecin Nicolas de nous rejoindre pour 3 jours, suivi de Gilles, pour la journée de mercredi.

Notre médecin-poète en a profité pour remettre Claude sur pied, touché par les conditions ventées et humides des premiers jours. 

Nous voilà aujourd'hui à Saint Girons. Un dimanche de Pâques synonyme de repos bien mérité.

Demain s'annonce ensoleillé. La suite beaucoup moins. L'essentiel étant d'arriver à Fatima d'ici fin mai/début juin, tout en préservant la santé de Claude, nous n'hésiterons pas à tronquer des étapes si nécessaire.

Portés par vous tous, vous nous accompagnez sur le chemin.

Les photos jointes vous raconteront peut-être quelques débuts d'histoires.

Merci !

20220414-_DSC9409.jpg
20220430-0502-GOPR0415.jpg
comp-4067.jpg

25 avril 2022

Le champ des étoiles

Oloron Sainte Marie, Pyrénées atlantique, sous un ciel étoilé. Enfin. Compostelle porte bien son nom ce soir. Campus Stella.

 

Les nuages se dissolvent, pour un ou deux jours peut-être, mais qu'importe, c'est déjà beaucoup.

 

La première journée nous semble si lointaine. D'un autre temps. Seule la bronchite de Claude nous rappelle un départ récent.

Pas encore totalement remis, nous n'hésitons pas à rester une ou deux nuit de plus dans un gîte en cas de pluie, et permettre à Claude de progresser dans de bonnes conditions. Il marche sur certains tronçons d'étape. Jamais très loin de lui, je l'accompagne. Au spectacle de cette nature pyrénéenne, nous rentrons ensuite dans un lieu propice au repos et à la peinture.

 

En début de semaine, une rencontre particulière est venue confirmer tous les précédents voyages de Claude. Caméra et micro en ont saisi tous les détails. Un cadeau de plus au témoignage filmé de cette aventure.

 

Ou comment "mettre du soleil dans les ombres", si cher au peintre.

 

Merci la vie

Merci à vous

comp-4068.jpg
20220421-22-DJI_0095.jpg
20220415-17-_DSC9464.jpg
20220421-_DSC9556.jpg
20220418-_DSC9518.jpg
20220427 l'hopital saint blaise #1.jpg

5 mai 2022

Par delà les frontières

 

Nuls Sarrazins, nulle traîtrise au col de Roncevaux. Juste une mer de nuages, comme un clin d'œil des Pyrénées, cet océan de verdure et majestueux compagnon de route depuis 3 semaines, à nous marins de la belle bleue.

 

Messagers de l'indéfectible soutien que vous nous apportez, Fayes, Michel, Brice, Anita, Cécile, Jeannine, Florence, Guy et Vincent sont venus nombreux dimanche dernier, partager ce jour de repos à Saint Jean Pied de Port. Profondément touché par ces témoignages d'affection, Claude, enfin débarrassé de sa bronchite et escorté par Michel et Vincent, a ensuite traversé la chaîne pyrénéenne lundi, sous le regard protecteur de Cécile et Jeannine.

 

A pied comme en voiture, les kilomètres s'enchaînent. Les rencontres traversent les frontières, les paysages dévoilent de nouvelles planètes.

 

Les images et le son, eux, s’accumulent, témoins matériels d’un voyage lumineux.

 

En fin de semaine Don Quijote et Sancho Panza emprunteront le carrosse kangoo pour traverser l’Espagne et rejoindre la frontière portugaise au nord de Porto.

 

Pour la première fois Claude profitera pleinement de la terre portugaise le long de la côte atlantique.

 

Nous écourtons d’une semaine le voyage, par nécessité professionnelle et financière et rejoindrons Fatima le 22.

 

Point trop n’en faut dit le poète oriental.

20220430-0502-GOPR0492.jpg
20220430-0502-cecile et jeanine.jpg
20220430-0502-_DSC9811.jpg

16 mai 2022

Le Portugal

 

Estella Lizarra, Espagne.

Nous regardons, émus, Michel retourner sur ses pas. Précieuse escorte d’un valeureux chevalier, il s’en retourne à Saint Jean Pied de Port.

 

Direction l’ouest, au bout de la terre.

 

En chemin, les stigmates du réchauffement climatique apparaissent le long d’un fleuve espagnol.

 

Très vite cependant le Portugal nous ouvre ses bras :

L’accueil spontané et dévoué de ses habitants, dans un français très souvent impeccable, les entrées maritimes océaniques, Porto et ses rues défiant toute cohérence circulatoire, l’immensité désertique des plages côtières, le fado, à travers un 33 tours inattendu, la chaleur de l’intérieur des terres, la gaîté curieuse, cultivée et musicale des étudiants de Coimbra.

 

Dans une semaine Claude atteindra Fatima. Ce n'est pourtant que le début du voyage. De nouveaux horizons apparaissent.

 

Alors, tels les conquérants de José Maria de Heredia,

Penchés à l’avant des blanches caravelles

Nous regardons monter en un ciel ignoré

Du fond de l’océan, des étoiles nouvelles.

23 mai 2022

Et pour couronner le tout..

 

Lundi 16 mai.

Derrière nous, Coimbra et le fleuve Mondego. Devant nous 5 jours de marche pour rejoindre Fatima. Le pas toujours alerte, Claude est heureux. Le cœur léger, il mesure la chance de fouler encore une fois cette terre portugaise. Il s'imprègne de son parfum et sourit à la vie.

Il se rejouit de l'arrivée prochaine de Nicolas, notre médecin poète, prévu le jeudi afin de l'accompagner lors de la dernière étape.

 

Ce bon docteur sera le bienvenu à plus d'un titre.

 

Le lundi soir, je m'excuse auprès de Claude avant la fin du repas et monte me coucher. Je ne me relèverai pas avant mercredi. Covid.

 

Après deux ans de report dû à la présence de ce virus, voilà qu'il s'invite à la fin de notre aventure.

 

S'il a freiné quelque peu notre progression, il n'a pas résisté à l'élan d'amour initié par Claude depuis le début de ce périple et Fatima nous a ouvert ses portes vendredi.

 

Nous voici donc au terme de ce voyage annoncé, unis par l'Esprit, l'âme enrichie de ces multiples rencontres vécues tout au long du chemin.

 

Merci infiniment à vous tous d'avoir rendu possible cette aventure.

 

 

 

Nous ne sommes qu'au début de l'histoire. Une exposition de peintures/photos ainsi qu'un carnet de voyage sont envisagés rapidement.

Viendra ensuite le travail de l'image et du son. La matière récoltée est immense. Le plaisir de vous partager ce voyage de l'intérieur aussi..

 

Merci encore

A très vite

 

Notez que malgré notre promiscuité, Claude n'a subi aucune conséquence du virus. Nous ne sommes pas indestructibles, mais Claude l'est quand même un peu.

20220512-_DSC0115.jpg
20220504-_DSC9871.jpg
20220506-_DSC9937.jpg
20220503-0509-_DSC9915.jpg
20220507-DJI_0169.jpg
20220510-_DSC9975.jpg
20220514-_DSC0158.jpg
20220512-_DSC0113.jpg
comp-4233.jpg
20220521-Capture d’écran 2022-05-23 à 00.18.31.jpg
20220512-_DSC0108.jpg
20220515-20-_DSC0162.jpg
comp-4065.jpg
bottom of page